hathor
(2)



Les représentations de la déesse Hathor:

(en cliquant sur certaines images ou sur zoom, on obtient un agrandissement)

zoom

Dès les périodes précoces, la déesse est représentée sous la forme d'une vache portant le disque solaire entre les cornes ou comme une femme mince arborant une coiffure aux cornes lyriformes enserrant le disque solaire.

Plus tardivement, on la trouve parfois en femme à tête de vache.

zoom

Hathor (tête) (3e Période Intermédiaire, vers 850 av.JC) Musée du Caire (zoom)

Hathor "féminine" (Nouvel Empire, vers 1370 av.JC) Musée de Louqsor (zoom)

Hathor bucéphale (Basse Epoque, 600-500 av.JC) Musée du Caire (zoom)

4   Hathor "féminine" (Basse Epoque, 700-600 av.JC) Musée du Caire (zoom)

 

On représente aussi la déesse par un visage féminin agrémenté de petites oreilles de vache:

1 Senenmout et Hathor.
Metropolitan Museum of Art. New York. (zoom)

2 Hathor. Pendentif en lapis-lazuli et or. Musée du Caire. (zoom)

3 Chapiteau hathorique. Petit temple d'Hathor. Deir el-Bahari. (zoom)

 

 

 

"Hathor quadrifons": les piliers dits "hathoriques" présentent sur leur chapiteau, quatres faces de la divinité. Ces quatre visages visent les quatre points cardinaux et font allusion à Hathor, Souveraine des quatre coins du Ciel, c'est-à-dire de l'Univers.

Sur les reliefs et les peintures, la déesse est généralement représentée comme une jeune femme élancée. A la fin du Nouvel Empire, on la représente fréquemment dans les temples et les tombes, revêtue d'une robe rouge et d'une longue écharpe rouge. A Edfou, on trouve d'ailleurs une inscription la qualifiant de "maîtresse du tissu rouge".

zoom

 

Hathor, représentée sur un relief du temple de Dendera. Epoque romaine (env. 100 av.JC)

Relief situé entre les colonnes du mammisi à Dendera. Hathor allaite le jeune pharaon. Epoque romaine (env. 100 av.J.C.)

 

zoom
zoom

 

Une représentation d'Hathor dans la tombe de Séthi Ier. XIXe dynastie (1294-1279 av.J.C.) Musée du Louvre.

Représentation d'Hathor dans la tombe de Thoutmosis IV (KV43).

 

zoom

La déesse est également représentée sous diverses formes animales.

Pour mémoire, rappelons que la vache est l'une de ses figurations principales. Cet animal évoque l'idée de maternité et c'est comme génitrice du soleil ou comme maîtresse des nécropoles, remettant au monde les défunts dans l'au-delà, qu'Hathor s'incarne dans le bovidé.

1

diorite. Période d'Amenophis III. XVIIIe dynastie (1550-1320 av.JC).
Metropolitan Museum of Art

2
sculpture en bois , recouverte de feuilles d'or. Cette tête d'Hathor provient de la tombe de Toutankhamon (1361-1352 av. J.C.). Musée de Louqsor.
3
bronze. (VIIe-VIe siècles av.J.C.)

Les autres formes animales comme la lionne, le cobra, la chatte, l'hippopotame, sont plutôt liées à des déesses qu'elle habite ou qu'elle a englobées. Il en est de même pour l'image du sycomore. (voir ci-dessous)

Les attributs et symboles de la déesse Hathor:


Les cornes de vache encadrant le disque solaire sont essentiellement le symbole d'Hathor et traduisent sa fonction solaire (mère et protectrice). Elles seront empruntées par d'autres divinités ayant protégé le soleil nouveau-né.

Le sistre est un instrument de percussion, initialement lié au culte d'Hathor (et d'Isis). Plus tard, il sera utilisé également pour d'autres divinités. Quand on l'agite, il produit un son qui accompagne la musique lors du culte et écarte les influences hostiles.
Pour en savoir plus.
Pour entendre le son du sistre, cliquez ici. (cet enrégistrement provient du site "La musique au pays des Pharaons" créé par B. Becquart )

Le collier  ménat (menyet) est un collier formé de perles en céramique, relié à un contre-poids en bronze (voir ici). Ce collier pouvait être utilisé en même temps que le sistre car en le secouant, les perles s'entrechoquaient et produisaient également un son. De plus, quand le défunt arrivait dans l'au-delà, Hathor lui offrait son collier ménat ce qui lui promettait la renaissance (cf, ci-dessus, la stèle de la tombe de Séthi Ier où l'on voit Hathor accueillant le pharaon).


1
Cornes de vache encadrant le disque solaire.
Détail d'un relief d'Hathor dans la tombe de Séthi Ier.
Musée du Louvre.
2
Sistre. Bronze. Epoque gréco-romaine.
Musée du Caire.
3
Ménat (menyet = contrepoids) provenant d'un collier menyet. Bronze représentant la déesse sous sa forme féminine et de bovidé.
Metropolitan Museum of Art. New York.

La coiffure de la déesse est tellement caractéristique qu'on l'a appelée la "coiffure hathorique". Elle se distingue par sa simplicité: les cheveux souvent partagés par une raie médiane descendent simplement de part et d'autre du visage. La chevelure n'est pas surchargée par des bijoux, ni par des nattes savamment tressées, ni par des postiches. Cette coiffure semblait considérée comme érotique. Sur certaines représentations, la courbe des mèches évoque la forme du cobra et rappelle les deux facettes de la personnalité divine (bienveillante et dangereuse).

1
2

1

2

détail de la "triade de Mykérinos". Musée du Caire

détail d'une frise hathorienne. Musée égyptien de Berlin.

La déesse est fréquemment représentée sur les miroirs, aux diverses époques de l'Egypte pharaonique. Ces objets, retrouvés en grand nombre dans les tombes, avaient une valeur symbolique. Bien sûr, ils servaient à la toilette quotidienne mais de plus, il faisaient partie de l'offrande journalière aux dieux. Plus de renseignements sur les miroirs, ici.

Ce miroir provient de la tombe des femmes étrangères de Thoutmosis III. XVIIIe dynastie.

Metropolitan Museum of Art, New York.

On retrouve aussi le thème hathorique sur les castagnettes dont les danseuses se servaient pour marquer le rythme.

Sur la castagnette de droite, on observe la même décoration que sur certains sistres: la tête de la déesse est surmontée de deux cornes de vache entre lesquelles s'insère un petit édifice.
Ivoire. Musée du Caire.

Le sycomore est un arbre associé à plusieurs divinités qui y figurent, offrant l'eau de la vie et de la nourriture aux défunts arrivant dans l'au-delà. Ses habitantes sont Nout, Isis ou Hathor. A Memphis, plus particulièrement, Hathor est connue comme la "Dame du Sycomore du Sud".

 

 

 

Hathor page 1

Hathor page 3
 
"ABC des déesses"

Religion

retour à l'accueil