M

 


Maât

 

  
ou MAat

Fonctions: Maât représente l'ordre: "ordre cosmique" voulu par le démiurge, "ordre politique" instauré par le roi, "ordre social"
La divinité joue un rôle important dans la "psychostasie" (pesée de l'âme) lors du jugement du défunt devant le tribunal d'Osiris.
On la considère souvent aussi comme l'incarnation de la vérité, de la justice.

Représentations: plume d'autruche, femme portant une plume sur la tête.

Lieu de culte: on ne lui connaît aucun temple spécifique. Il existe une petite chapelle adossée au temple de Montou à Karnak. Par contre, elle est présente dans presque tous les sanctuaires, sur les représentations d'offrandes du culte quotidien.

 


M iroirs


ankh

Le mot égyptien signifiant "miroir" est "ankh" qui signifie aussi "vie"

Le miroir est un objet possédant une grande valeur magique. On le voit fréquemment sur les reliefs, comme objet du culte destiné à différentes divinités mais il est plus spécifique de la déesse Hathor.
Le disque poli dans lequel on peut se mirer rappelle, par sa forme légèrement ovale, le soleil. Il est constitué d'électrum, mélange d'or et d'argent et symbolise le soleil levant.
Le manche peut représenter une tige de papyrus( symbole de fraîcheur et de jeunesse), surmontée éventuellement de la tête à deux faces de la déesse Hathor, ou le corps nu d'une jeune fille (évoquant la sensualité de la déesse de l'amour) ou une tige d'obsidienne noire (symbolisant la résurrection).

A gauche: manche d'un miroir trouvé dans la tombe de Sathathoriounet. Or, argent, pierres semi-précieuses. (XIIe dynastie, vers 1800 av.J.C.) Musée du Caire.
Il représente une tige de papyrus surmontée de la tête à deux faces de la déesse Hathor.
Au milieu

miroir découvert dans la tombe des femmes étrangères de Thoutmosis III. Or. XVIIIe dynastie. Qurna. Metropolitan Museum of Art. New York.
Même symbolisme de la tige de papyrus, surmontée de la tête d'Hathor coiffée de l'ombelle largement déployée.

A droite: manche d'un miroir provenant d'Abousir. Bronze. (XVIIIe dynastie, vers 1500 av.J.C.). Musée du Caire.
Le corps nu de la jeune femme prend la place de la tige de papyrus dont l'ombelle forme une sorte de large diadème.

Le miroir symbolise le rajeunissement perpétuel et sa présence dans une tombe garantit une jeunesse éternelle à la défunte.

L'offrande du miroir fait partie du rituel quotidien accompli dans les temples.

L'utilisation du miroir comme objet de toilette est limité aux classes aisées. Il est alors un objet de luxe que l'on transporte dans un étui de bois ouvragé. Il est alors fait d'un disque de bronze ou de cuivre poli, placé sur un manche en bois de palmier, en ivoire ou en métal.

 

 

 


Religion

retour à l'accueil