ânat
ant

 



Cette déesse a été importée en Egypte à partir des régions asiatiques (Canaan, Syrie).

Elle était connue à Ugarit (Phénicie) sous le nom de Anat, Anata, Anath, Anatu (elle y était la compagne du dieu Baal)
et, en Egypte, sous ceux de Anant, Anit, Anti, Antit et parfois Anthat.

Les Egyptiens en firent la fille de Rê et, tout comme Astarté, la femme de Seth (lui-même assimilé à Seth).

Connue depuis la préhistoire à Canaan (où elle était une déesse majeure), son culte est apparu en Egypte dès le Moyen Empire. Elle a probablement été importée par des esclaves "asiatiques" arrivés comme butin de guerre.

Elle devient très importante à la Deuxième Période Intermédiaire, pendant la prédominance des Hyksos qui favorisent son culte. Son sanctuaire se trouve dans la capitale égyptienne des souverains Hyksos: Tanis.

Le prestige de la déesse va encore croître pendant la période ramesside. Ramsès II va en faire sa protectrice personnelle lors des combats (elle figure sur son bouclier). On retrouve des marques de cette faveur dans le nom donné par le pharaon à l'une de ses filles, Bin Anat (= fille d'Anat) ou encore dans le nom de l'un de ses chiens, "Anat en vigueur" (dans le temple de Beit el Wali, on le voit se ruer sur un ennemi vaincu).

Que ce soit dans les pays du Proche-Orient ancien ou en Egypte, Anat est vénérée comme déesse de la beauté, de la sexualité, de la fertitlité mais aussi de la guerre.
Les Egyptiens reprennent ses titres asiatiques de "Mère des dieux" et de "Reine du Ciel". On la considère aussi comme la Maîtresse des animaux, raison pour laquelle on la représente parfois debout sur un fauve, dans certaines stèles égyptiennes.

Syncrétismes:

Anat est partiellement assimilée à Hathor dont elle acquiert les cornes de vache.
On la considère également comme très similaire à Neith, ancienne déesse du Delta. Cette dernière était à la fois gardienne de la vie domestique (habile tisserande) et déesse de la guerre.
On la rapproche également de Sekhmet qui est tantôt agressive tantôt maternelle.. Dans la légende d'Anat, on raconte qu'elle tua une armée entière et qu'après avoir pataugé dans le sang, elle dut être calmée par les dieux. Ce récit rappelle le récit du "Livre de la Vache du Ciel".
On la rapproche enfin de Bastet, protectrice de la femme et du foyer.

Qualificatifs:

On gratifie Anat de différentes épithètes:
- Anat-her : Anat agréable (sur un scarabée Hyksos vers 1700 av.JC)
- Herit-Anta : la Terreur d'Anat (sur un scarabée Hyksos)
- Bin-Ptah : fille de Ptah (Memphis 1500-1200 av.JC; 18e-19e dynasties)
- Anat-bethel: Anat maison de dieu (île d'Eléphantine 6e-5e siècles av.JC.)

On peut assimiler la déesse Ânat aux Déesses Dangereuses. Comme pour elles, on lui découvre un aspect agressif, guerrier associé à des qualités protectrices, féminines.

 

 

page précédente

"ABC des déesses"

retour à l'accueil